Le Blog

Travel Management et ROI

illustration travel

Belle rentrée pour le Club Travel MDC  ! Des travel managers de secteurs variés sont venus partager un moment d’intelligence collective au Rio Monceau. Thématique de la soirée : Quel ROI pour vos voyages d’affaires ? Deux experts ont apporté un éclairage sur le contexte et les bonnes pratiques. Brigitte Jakubowski, auteur du livre Stratégie et management du voyage d’affaires chez Dunod et Yann Barbizet, consultant spécialiste du travel management.

Quelques chiffres, mots clés et idées à vous transmettre.

Pour comparaison, les entreprises nationales dépensent 32 Mds € pour la publicité et 28 Mds € pour les déplacements professionnels. 60 % considèrent les déplacements pro comme un coût et 28 % seulement calculent leur ROI sur ce poste. Une part de culturel dans ces pourcentages par rapport aux anglo-saxons qui considèrent davantage l’aspect investissement au-delà du simple coût.

Deux constats illustrés par les retours d’expérience puis analysés.

1/ Le travel management s’articule autour de 4 services internes de l’entreprise :

Les achats avec des coûts directs, billets, hébergements, repas, transports, et des coûts indirects, facturation, supervision, planification, assurances, vols, …

La technologie des services informatiques avec ce rappel sur la nécessité d’apprécier non seulement le coût d’une solution On-line Booking Tools mais aussi le temps de mise en place, la mobilisation équipe, formation, maintenance, … Et bien sûr, privilégier autant que possible les alternatives aux déplacements, avec la visioconférence mais aussi une offre croissante d’outils numériques type Klaxoon pour le travail collectif à distance. J’ai parfois constaté dans les entreprises que la visioconférence était mal appréciée en raison d’un équipement trop sommaire et d’un manque d’entraînement au média écran. On ne se pose pas la question du ROI sur un voyage évité.

Les RH /RSE avec la satisfaction du collaborateur, son efficacité à l’arrivée, son autonomie pour choisir des prestations puisqu’il devient affuté en tant que voyageur individuel, la possibilité de mixer business et plaisir quand la destination s’y prête tout en gardant à l’esprit la responsabilité de l’entreprise sur les temps off-business, une attention portée au bilan carbone des transports choisis.

Le profit commercial ou opérationnel avec de grandes disparités d’objectifs selon les secteurs.

Un grand média national qui envoie des journalistes autour du globe sur des scoops ou parfois accompagnés de stars pour des sujets thématiques. Budget prévisionnel annuel établi et évaluation au cas par cas d’un retour sur les ventes de journaux.

Un acteur de la grande distribution qui gère de nombreux déplacements logistique et maintenance travaille sur la maîtrise de l’urgence et l’optimisation du temps pour un gain d’efficacité. Cela va jusqu’à utiliser des services de voiturier en gare ou aéroport pour limiter les imprévus et les retards dans la location de voiture.

Un industriel qui supervise ses forces de vente gère davantage en mode projet avec une rentabilité évaluée finement sur un rapport classique de coût déplacement vs potentiel vente.

Selon le secteur d’activités et la politique voyage, la gestion des déplacements et l’appréciation du ROI reste du sur-mesure. Avec cette idée qu’au-delà du coût, il y a une notion d’investissement à mettre en valeur grâce à des gains potentiels dans la QVT, la productivité ou la réduction des risques.

2/ Le travel management étend son territoire avec l’inclusion progressive de la mobilité :

Les trajets Habitation /Travail (Le « Commuting » UK) coûteraient 19 Mds € dont 1/3 environ est pris en charge par les entreprises.

Limiter les déplacements pour des réunions internes en privilégiant la visioconférence et dans un même élan, proposer des jours de télétravail aux collaborateurs.

Bénéficier des incitations légales avec une prime de 400 € à celui qui choisit, pour ses trajets quotidiens, le co-voiturage ou le vélo. Pensez au vélo de fonction !

L’émergence de la notion de TCM, Total Cost Mobility, implique une gestion globale, physique et numérique, comprenant flotte de véhicules, trajets quotidiens, voyages.

Le travel manager voit son champ d’action s’élargir à mesure que la mobilité devient un enjeu central de la vie quotidienne. Si le voyage d’affaires reste un vrai sujet au sein des entreprises, progressivement le déplacement de proximité tisse des nouvelles connexions avec la RH.

Où que vous alliez, bon voyage !

Encadrement, 100 ans d’évolutions
En lire plus
Travel Management et ROI
En lire plus