Le Blog

L’individu augmenté

improved-people

Les nouvelles technologies et la puissance du réseau Internet donne de nouvelles possibilités à l’individu. Chacun peut désormais augmenter son potentiel en terme d’activité, de gain et d’expression grâce à différentes plateformes. Le citoyen développe son champ d’action au sein de la société. Il ne se contente plus de consommer, il produit, redistribue, interagit.

Selon ses envies, il peut être hôtel, loueur de voiture, fournisseur d’électricité, producteur de programmes télé, reporter ou journaliste, conseil marketing, chauffeur de taxi, vendeur de marchandises,  restaurant, militant…

Fait significatif, beaucoup de nouvelles grandes marques mondiales ne rassemblent plus des produits mais des services, des potentiels offerts aux nouveaux consomm’acteurs. Elles ne symbolisent pas un style de vie, une communauté, elles symbolisent une multitude de possibles séduisants, évocateurs de liberté et de réussite. Même si on ne s’improvise pas du jour au lendemain producteur de programmes télévisuels, chauffeur de taxi ou journaliste, au moins la possibilité est-elle donnée, l’opportunité est là, avec sa porte ouverte et son invitation. Cette nouvelle donne annonce une importance croissante de la société civile dans les prises de décision, les projets à accomplir, les usages et les modes d’organisation.

Les relations marques / marché / consommateurs sont bouleversées avec des interactions inattendues. Et le mouvement prend sans cesse de nouvelles formes comme en témoigne le succès spectaculaire d’un Blablacar qui permet le transport de 10 millions de personnes par trimestre.

Un bon article des Echos sur le transport :

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-156673-lautocar-blablacar-et-le-chemin-de-fer-1218925.php

La confrontation entreprises / grand public est complexe à règlementer comme en témoignent les débuts d’Uber, les frictions d’Air Bnb avec le secteur de l’hôtellerie quand l’accueil des touristes chez l’habitant devient galopant. Il faut voir que ces plateformes s’insinuent au départ dans une faille de l’offre qui n’a pas évolué face aux changements de la demande. Parmi tous les métiers pratiqués, j’ai été chauffeur grande remise, chauffeur privé pour entreprises et dignitaires. Pendant des années, je ne comprenais pas le manque de qualité de service des taxis dont le nombre est régulé sur Paris et qui travaillent un peu trop en vase clos. Trois causes ont cassé le marché : la perte de la compétence principale de connaissance de la ville, aujourd’hui remplacée par le GPS aussi performant sinon plus que l’humain. Deuxième cause, le prix, plus réduit car pas d’infrastructures et moins de charges pour la plateforme. Troisième cause : la défaillance de qualité de service qui a laissé le marché entièrement ouvert au remplacement car on avait perdu le lien prestataire – usagers.

Ce constat est presque identique pour l’hôtellerie qui n’a pas renouvelé l’expérience client depuis des générations. Avec une plateforme, je suis en coloc n’importe où, je fais ma vie au coeur de la vie et je paye moins cher. Une grande partie de gens qui n’allaient pas à l’hôtel ont trouvé dans cette alternative une formidable opportunité et ont constitué le socle d’une communauté qui gagne maintenant des fans chez les clients de l’hôtellerie classique.

Dans cette époque bouleversée, le positionnement stratégique des entreprises, des marques exige une perception fine et l’anticipation des nouveaux usages souhaités. Une partie de la difficile et passionnante mission de ceux qui accompagnent l’innovation.

Conférence presse Forum mondial #convergences
En lire plus
La BlockChain, ça vous parle ?
En lire plus